Voyage solidaire à New York

print

En 2014, Clément, Alexandre, Oscar, Joey, Samuel et quelques autres élèves audacieux ont lancé le pari fou de partir en immersion avec la classe dans les lieux et histoire étudiés en cours sur New-York. Ainsi germa l’idée d’organiser un séjour culturel à Manhattan avec leur professeur d’anglais. Une fois constituée, l’équipe enseignante a encadré ce projet avec la conviction qu’il permettrait à chacun de ces jeunes de réaliser leur rêve : celui de s’immerger dans l’ambiance si particulière d’une ville aux mille facettes et à la mosaïque humaine riche et variée. Cet objectif au sein des classes du lycée professionnel souligne un attachement profond aux valeurs du vivre ensemble et au fort sentiment de cohésion que requiert un groupe de jeunes en formation. 

Séjour réitéré chaque année depuis l’automne 2015, ce projet solidaire concerne aujourd’hui une trentaine d’élèves du lycée professionnel Saint-André de Niort qui participent activement à la réalisation de ce voyage scolaire. Tissé au fil des mois à travers des séances articulées autour des notions de Vivre Ensemble et de Citoyenneté, ce projet permet aux élèves de Terminale BP de développer leurs connaissances culturelles du monde tout en mettant à profit leur esprit de cohésion, d’entraide et de capacités d’initiatives en tant que jeunes citoyens. Bien plus qu’une invitation à apprendre les mécanismes d’une langue étrangère, le cours d’anglais constitue une porte ouverte sur le monde et la diversité des cultures qui l’habitent. En effet, un voyage à l’étranger permet à la fois de mettre en pratique les notions linguistiques étudiées et d’initier un questionnement quant à notre identité citoyenne dans le monde.

L’idée de ce voyage est avant tout de responsabiliser les élèves en les rendant acteurs de chaque étape préalable au départ, sans leur offrir du « clé en main » ou du « prêt à voyager ».

Dans un esprit de solidarité, il convient donc d’apporter notre soutien et notre accompagnement aux élèves de lycée professionnel. Les différents coûts du voyage sont fixés sur la base d’une négociation étroite entre l’établissement et les prestataires sur place (vols, hébergements, découvertes culturelles multiples, …). Les élèves de 1ere BP aidés par leurs enseignants montent le séjour entier eux-mêmes, sans aucun intermédiaire, condition qui permet de garantir le coût le plus bas possible. Cela dans l’objectif de permettre au plus grand nombre d’élèves de réaliser « le voyage de leur rêve ». A savoir que ces élèves n’ont que rarement quitté leur propre Région et sont conscients de l’opportunité qui s’offre à eux.  Ils sont alors pleinement partie prenante du projet. Une mise en place d’actions de « Fund raising » au sein du groupe permet à chacun de dégager des bénéfices non négligeables lors de ventes de gâteaux ou de livres. Certains sponsors sont parfois sollicités grâce à la participation d’entreprises partenaires. La Région apporte aussi régulièrement son aide à travers une subvention. Les élèves sont ainsi impliqués dans le déroulement de ces différentes actions tout au long de l’année qui précède le voyage.

Ainsi, en lien avec les notions étudiées en enseignement professionnel, ils sont par exemple en mesure d’établir une liste comparative de devis après envois de demandes de réservations en français et/ou en anglais selon les prestataires sollicités (auberges de jeunesse, hôtels, sociétés de transport, visites culturelles de groupes, compagnies aériennes, assurances, mairies, ambassade, etc.…). Cette participation active, mêlée à un élan de solidarité sans faille, s’avère déterminante pour ce projet et permet d’accompagner et d’encourager des familles souhaitant faire partir leur jeune sur une destination à laquelle l’accès semblait jusque-là inenvisageable.

La prise en compte de l’empreinte environnementale de ce séjour ne doit pas non plus être négligée. Conscients que certains points impactants restent incontournables tels que le trajet en avion, nous attachons une grande importance à responsabiliser les élèves sur leur rôle pour limiter tant que possible l’empreinte globale du séjour. Ainsi, avant et après le vol, les transferts sont exclusivement réalisés en covoiturage organisés en responsabilité par les élèves sous l’impulsion des enseignants ; sur place tous les déplacements sont réalisés à pied ou en métro et une attitude écocitoyenne s’impose (respect des personnes, respect des lieux, tri sélectif et objectif du zéro déchets, etc.).

Dans la même optique, la découverte de la ville de New York sous l’angle d’une mégalopole engagée dans une mutation écologique (avec la multiplication de la végétalisation des toits, la prise en compte des enjeux énergétiques, la baisse de la température et de la consommation des énergies, utilisation de détecteurs de présence pour le chauffage, l’éclairage, la climatisation, l’eau…) participe également à l’éveil de la conscience éco-responsable des jeunes. Dans cette dynamique, l’ambition de l’équipe à l’avenir est de faire évoluer le projet en établissant des partenariats avec des associations déjà contactées afin de mettre en place des actions permettant de compenser l’empreinte carbone du projet (plantations d’arbres, projets solidaires).

Le rêve devient vite réalité une fois tous immergés au cœur de la jungle urbaine. L’occasion de sillonner à pied ou à métro la ville et ses lieux mythiques : la Statue de la Liberté, les Musées des Indiens d’Amérique, du MOMA, ou du Guggenheim, d’aller encourager une équipe de NBA au Madison Square Garden ou au Barclays Center, d’arpenter les rues de Manhattan, Broadway ou la 5ème Avenue, de monter en haut de l’Empire State Building ou de la One World Trade Tower, de prendre le téléphérique pour Roosevelt Island, de traverser le pont de Brooklyn, d’aller applaudir une comédie musicale à Broadway, de descendre du bateau pour visiter le musée de l’Immigration à Ellis Island, d’avoir le vertige au pied du Flat Iron Building ou du Rockefeller Center, de se recueillir au Mémorial du 11 Septembre, de marcher sur les pas de personnages célèbres en traversant l’Université de Columbia, de découvrir le célèbre quartier de Wall Street, Little Italy ou China Town et d’entendre toutes les sonorités linguistiques, d’aller voir les jolies maisons de Brooklyn, jonchées de décorations pour Halloween, d’aller chanter lors d’un Gospel à Harlem ou encore de flâner au calme des sentiers de Central Park, en se laissant bercer par “le poumon de la ville”.

Cette formidable expérience humaine est la source d’une envie pour tous ces jeunes de renouveler et multiplier les mobilités à la rencontre de l’Autre.

La force considérable de ces jeunes est d’être à la fois différents et complémentaires. Notre crédo : Ne laisser personne au bord du chemin. Notre projet compte démontrer que tout est possible : réaliser ce voyage scolaire avec des jeunes responsables, audacieux et solidaires. Nous sommes certains que la diversité est une richesse et que l’on peut réaliser de grandes choses ensemble quand on capitalise sur les différences de chacun. Ce challenge expérimenté depuis maintenant 2015 voit loin : une acceptation encore plus large de la notion de diversité, des jeunes aux parcours différents, qui ne se connaissent pas vraiment au départ, issus de milieu modeste ou non, parfois en situation de handicap, de diverses origines, qui ont dû tout au long de l’année apprendre à se connaître, se faire confiance, s’accepter les uns les autres, jusqu’à former un groupe soudé, impatient de prendre son envol. Le premier défi à relever : la constitution d’un collectif solide. L’aventure humaine est riche : elle permet à chacun de « sortir de sa coquille », de grandir et de se révéler. Cette aventure ouvre une nouvelle page de leur vie, que l’on souhaite ambitieuse. Car, oui, tout est possible ! Ce projet de voyage a ainsi une valeur hautement symbolique que nous souhaitons graver au cœur de chaque jeune. Puis il y a le retour, qui marque la fin (ou le début ?) de cette extraordinaire aventure. Vient alors le temps de partager avec ses proches, de créer ou recréer du lien avec autrui, et faire résonner en son for intérieur les notions culturelles parcourues en classe ET au cœur des rues de Manhattan. En souhaitant que chacun garde en mémoire la force incommensurable du VIVRE ENSEMBLE, du RESPECT, de la SOLIDARITE CITOYENNE et RESPONSABLE afin d’aller au-delà des frontières, à la rencontre de l’Autre et de ses riches différences.

Mme Isel Sophie, Professeur Anglais, Lycée Saint-André, Niort